La salle de bain – partie 8

Radiateur à eau chaude ARCHIBALD de Leo Salzedo

Le chauffage

Vous êtes en train de refaire votre salle de bains, le carrelage est posé, le meuble de lavabo est monté, mais au moment de choisir le type de radiateur à installer, l’offre est si importante et si diversifiée que vous ne savez plus ce qui vous conviendra le mieux ?

Voici une liste de ce qui existe sur le marché :

Le radiateur soufflant

Le radiateur soufflant fonctionne comme un ventilateur qui envoie de l’air chaud.

Son fonctionnement repose sur le mécanisme de la convection forcée : Le ventilateur dirige l’air ambiant vers la résistance au contact de laquelle il monte en température.  Le ventilateur expulse ensuite cet air chaud dans la direction voulue et crée ainsi une sorte de courant d’air chaud.

Ce système permet de ressentir rapidement la chaleur mais est à privilégier pour le chauffage de petites pièces et pour une courte durée. Il est ainsi idéal pour une salle de bain.

Avantages : Il chauffe extrêmement rapidement, quasi instantanément.  Il dispose la plupart du temps d’un thermostat et parfois d’une minuterie. Un système de sécurité est intégré entrainant la coupure automatique du radiateur en cas de surchauffe.   Il possède parfois une fonction ventilateur d’air froid pour l’été.

Inconvénients :   Il est peu efficace pour une grande pièce : chaleur très locale, qui peut même être dangereuse pour les enfants car très chaud quand on est proche de lui.  Il a une mauvaise inertie : lorsque vous le coupez, vous retrouvez très rapidement la sensation de froid.   Il a souvent une soufflerie bruyante.  Il consomme beaucoup d’énergie en utilisation prolongée et est donc à privilégier pour de courtes périodes.

Le convecteur électrique

Un convecteur électrique fonctionne grâce au procédé de convection c’est-à-dire qu’il chauffe l’air ambiant. L’air ambiant et donc froid de la pièce, plus lourd que l’air chaud, passe par une grille située en bas du convecteur. Il est alors chauffé par une résistance. L’air ainsi réchauffé ressort par une grille située en haut du convecteur. L’air chaud monte dans la pièce et permet de réchauffer rapidement l’atmosphère de la pièce. Dans certains cas la circulation de l’air est optimisée par la présence d’un ventilateur.

Avantages : Le principal avantage du convecteur électrique est qu’il réchauffe rapidement l’air ambiant. Son temps de chauffe est en effet très rapide et la circulation de l’air chaud offre un confort thermique quasi immédiat.

De plus, il affiche des prix modérés, c’est en effet le radiateur électrique le moins cher sur le marché.

Inconvénients :  Très faible inertie : une fois éteint, la sensation de froid se fait à nouveau rapidement sentir. Peu puissant : le convecteur électrique chauffe moins bien à distance. Il est peu conseillé pour des pièces de plus de 15 m2. Produit une chaleur « sèche ». La circulation de l’air entraîne également la circulation de la poussière : peu recommandé aux personnes allergiques.  La dilatation du métal lors du temps de chauffe peut entraîner des bruits tels des claquements qui peuvent être gênants. De plus, l’isolation de pièce est essentielle pour ne pas perdre le bénéfice de la circulation de l’air chaud. Dans le cas contraire, cet air serait perdu, empêchant la sensation de chaleur de s’installer.

Le radiateur seche-serviette

Si la fonction principale d’un radiateur sèche-serviette est de bénéficier de serviettes de toilette bien sèches, ils peuvent également augmenter la température de la pièce. Ils se déclinent sous forme de tubes horizontaux, qui laissent des espaces pour pouvoir apposer les sorties de bain entre les barreaux. Un sèche-serviette se fixe au mur et requiert un mur plat pour être fixé. La dimension standard d’un tel radiateur est de 1 m x0,5 m.

Son prix est assez élevé par rapport au prix d’un radiateur de salle de bain standard.

Quels sont les différents types de radiateur ?

Le sèche-serviette électrique

Le sèche-serviette électrique offre plusieurs avantages :  Il fonctionne tout seul et n’a pas besoin d’être relié au système de chauffage existant. En revanche, le raccordement au secteur est nécessaire. Il chauffe très rapidement. Toutefois, un radiateur électrique consomme beaucoup d’énergie.  Attention à ne pas trop le recouvrir de serviettes ou peignoirs : il ne chauffera plus la salle de bain mais uniquement les serviettes.

Le sèche-serviette à eau

Il présente autant d’avantages que d’inconvénients : Le principal avantage de ce type de matériel est qu’il garde très longtemps la chaleur, sans faire fonctionner d’électricité.  Il est ainsi économique puisqu’il utilise moins d’énergie pour chauffer. Il doit être relié à l’installation déjà présente du chauffage central. Si elle n’existe pas, vous ne pourrez pas utiliser de sèche-serviette à eau. Puisqu’il est relié au chauffage central, il ne fonctionne pas en été et à la mi-saison, lorsque vous n’avez pas besoin de chauffer votre maison.

Le sèche-serviette mixte

Le sèche-serviette mixte est idéal mais coûte plus cher. En effet, il présente les avantages du système à eau, mais il fonctionne en toute saison, et peut s’utiliser en mode électrique pour continuer de chauffer pendant l’été et la mi-saison. Ainsi, en hiver, le sèche-serviette s’alimente grâce au courant électrique, et le reste du temps, il est alimenté en chaleur par de l’eau chaude tirée de la chaudière.

Quel matériel pour un radiateur seche-serviette ?

Le sèche-serviette acier

C’est le matériau le plus utilisé puisqu’il permet d’avoir rapidement : une température haute pour sécher sa sortie de bain, une température basse pour ne pas transformer votre salle de bain en fournaise. Par ailleurs, les modèles de sèche-serviette en acier sont très variés et offrent un grand choix de style et de format.

Le seche-serviette alu

Il est rarement utilisé par rapport au radiateur en acier.

En effet, il n’est pas vraiment compatible avec les radiateurs fabriqués dans d’autres matériaux. Vous devrez ainsi posséder uniquement des radiateurs en aluminium pour disposer d’un sèche-serviette en aluminium.

le solchauffant

Qu’il serve de chauffage principal ou de chauffage d’appoint, le principe d’un plancher chauffant est relativement simple : des tuyaux d’eau chaude ou des câbles électriques chauffants sont insérés sous le revêtement de sol et la chaleur rayonnante dégagée par l’élément chauffant procure à la pièce un confort optimal. La céramique et l’ardoise sont particulièrement indiquées pour un plancher chauffant car elles sont d’excellentes conductrices de chaleur. Dans le cas d’un plancher de bois, on peut installer un système de tuyaux d’eau chaude, mais les câbles électriques sont fortement déconseillés.

Qu’il s’agisse de tuyaux d’eau chaude (aussi appelé chauffage hydronique) ou de câbles électriques chauffants, ces deux types de planchers chauffants offrent un effet comparable.

Comment fonctionne un système de chauffage hydronique ? L’eau chaude provient d’une chaudière compacte qui est généralement située à proximité du chauffe-eau et qui conserve l’eau à une température variant entre 25° C et 49° C (80° F et 120° F). La recirculation de l’eau à travers le réseau de tuyaux de plastique, situé sous le couvre-sol, permet de dégager une douce chaleur radiante dans la pièce. La chaleur de l’eau peut même être ajustée par un thermostat mural, comme pour une plinthe électrique, et l’écoulement par un débitmètre.

Dans le cas d’un système électrique, les câbles chauffants peuvent être appliqués avec une colle à céramique, fixés au sol avec des attaches ou même coulés dans une dalle de béton. Ce type de plancher chauffant se distingue par sa facilité d’installation et son coût abordable.

Pour ces deux types de planchers chauffants, il est primordial de confier l’installation à des entrepreneurs certifiés afin d’obtenir un fonctionnement adéquat.

Avantages :  Le plancher chauffant eau ou le plancher chauffant électrique permettent de profiter d’un système de chauffage complètement invisible.
 Il permettent également un gain de surface habitable puisque ne nécessitant pas de radiateur. 
Ce système procure un confort thermique supérieur aux autres types de chauffage car la chaleur est répartie uniformément dans la pièce de manière horizontale et verticale.
 Le plancher chauffant permet d’abaisser la température de 2 ou 3 degrés et donc d’économiser 15% de consommation de chauffage. Il est plus sain, car ne produit pas d’air pulsé et donc pas de déplacement d’air et de poussière. Ce système de chauffage  élimine la sensation de jambes lourdes.

Inconvénients : Le plancher chauffant ne peut être installé sur certains planchers en bois et est parfois déconseillé avec de la moquette.
 Ce système de chauffage au sol peut être installé sans souci lors de la construction d’une maison neuve, mais est plus coûteux lors de la rénovation d’une maison existante.  Par ailleurs, ce système rehausse votre plancher de quelques centimètres et peut poser des problèmes pour l’ouverture des portes dans le cas d’une rénovation. Il est lent à monter à température.

 le miroir chauffant

Le miroir chauffant est un mode de chauffage basse température, électrique et rayonnant, qui chauffe, par l’émission d’infrarouges longs, les corps et les objets et non l’air. Le miroir est chauffé par un filament carbone appliqué de façon uniforme sur toute la surface du miroir. Il est constitué : d’un isolant thermique empêchant les pertes de chaleur vers la face arrière ; d’une résine imperméable le rendant insensible aux projections d’eau. Bien sûr, il est important de choisir la taille du miroir selon la superficie à chauffer. Par exemple, si la pièce que vous désirez chauffer mesure 10 m2, votre miroir chauffant devra posséder une puissance de 800 W environ. Il faut compter entre 65 et 80 W le mètre carré selon la pièce concernée.

Avantages : Mode de chauffage sain : pas de brassage de poussières ou acariens,  conseillé aux personnes vulnérables face aux affections respiratoires comme les enfants et les personnes âgées.

Résistant à l’eau. Très pratique puisque possède deux fonctions : miroir et chauffage. Système de chauffage invisible et silencieux. Il diffuse une chaleur homogène. Il consomme deux fois moins d’énergie qu’un convecteur classique. Pas de feu ouvert donc pas de flammes. Température de surface limitée : pas de risque de brûlure par contact. Température réglable à l’aide d’un thermostat externe. Son installation et son entretien sont simples. Pas de perte de place. Grande longévité.  le miroir chauffant agrandit la pièce à vivre grâce à l’effet d’optique. Pas de formation de condensation.

Inconvénients : Nécessite d’avoir la place suffisante sur le mur. Chauffage fixe ne pouvant pas être déplacé dans une autre pièce. Son prix est élevé.

Publicités

2 réflexions sur “La salle de bain – partie 8

Qu'en pensez vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s